L’offre de Formation Syndicale Mise à jour au 01 Juillet 2020

La Formation  Syndicale CFTC

Dès ses origines, la CFTC a eu pour préoccupation majeure la formation des salariés. Ces formations étaient dispensées au sein même de la CFTC ou à travers la création de cercles, fondations, etc. avec pour objectif la diffusion de savoirs généraux ou professionnels en particulier par des cours du soir.

Le Congé de Formation Economique Sociale et Syndicale (CFESS)

Un droit, le Congé de Formation Economique Sociale et Syndicale permet aux salariés de participer à des actions de formation organisées par des organismes « agréés » tel-que l’Institut Syndical de Formation de la CFTC (ISF CFTC).

Chaque salarié peut bénéficier de 12 jours de formation syndicale par année civile. Une simple demande écrite à votre l’employeur, au moins 30 Jours avant la date de début du congé de formation.

Les stages proposés portent sur l’action syndicale, sur l’économie, le droit, la prévention des AT/MP, la communication, etc. Lire la suite … L’offre de Formation Syndicale Mise à jour au 01 Juillet 2020

Ce qu'en pense la CFTC :
La Formation syndicale, un outils essentiel

Dans le contexte actuel, où la recherche de gains de productivité et de rendement sont placés au premier plan, où l’évolution des outils et méthodes de travail est omniprésente où l’exigence de réactivité et d’efficacité génèrent son lot de stress et de détérioration des conditions de travail, il est essentiel que nos militants puissent trouver et être préparés au mieux afin de favoriser l’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle.

La formation contribue activement à une meilleure réactivité en milieu professionnel, par la bonne maîtrise de l’environnement professionnel, tout comme elle contribue à l’épanouissement personnel.

En effet, un salarié bien formé dispose des connaissances et compétences nécessaires pour tenir sa fonction de manière optimale. Mais, au-delà de cette capitalisation, il acquiert l’assurance nécessaire et renforce la confiance en soi.

Ainsi, la formation nous apparaît comme un trait d’union entre les deux temps de vie, les bienfaits qui en résultent bénéficient au salarié, tout comme au citoyen que nous sommes.

La Loi Pacte et L’épargne retraite

La loi PACTE, Plan d’Action pour la Croissance et la Transformation des Entreprises, a pour ambition de donner aux entreprises les moyens d’innover, de se transformer, de grandir et de créer des emplois. Comment ? avec notamment des mesures phares qui concernent la simplification de la vie des PME et l’épargne des Français. Voici un zoom sur l’une de ces mesures : Simplifier et assurer la portabilité des produits d’épargne retraite.

Lire la suite … La Loi Pacte et L’épargne retraite

Négocier une vraie pause déjeuner

Négocier une vraie pause déjeuner, 

c’est encourager le lien social, inviter à la déconnexion au travail, et participer au développement local.

Lire la suite … Négocier une vraie pause déjeuner

Pièce(s)-Jointe(s) :

Apprentissage : Quand un dialogue social de qualité donne des résultats Communiqué de Presse Confédéral

    cp0602apprentissage

Pantin, Jeudi 06 Février 2020

La CFTC attache une grande importance à l’apprentissage qui est sans conteste l’un des meilleurs tremplins vers l’emploi puisque 70% des apprentis trouvent un emploi dans les sept mois suivant leur formation. Donc la CFTC ne peut que se féliciter des bons résultats annoncés par le ministère du travail auxquels elle n’est pas étrangère.

Lire la suite … Apprentissage : Quand un dialogue social de qualité donne des résultats Communiqué de Presse Confédéral

Pièce(s)-Jointe(s) :

RÉFORME DES RETRAITES : LA CFTC APPELLE À LA MOBILISATION LE 17 DÉCEMBRE

Les annonces ce jour du Premier ministre sur la réforme des retraites n’ont pas convaincu la CFTC. Réunis en conseil confédéral cette après-midi, ses dirigeants ont diversement apprécié les mesures explicitées par Edouard Philippe. Si le sentiment d’avoir été entendu l’emporte pour une partie du discours, d’autres annonces sur des points pourtant essentiels laissent un goût amer.

À titre d’exemple, la CFTC accueille favorablement les annonces en matière de droits familiaux. Le futur système accorderait des points supplémentaires pour chaque enfant et ce dès le 1er enfant. Une majoration de 5 % qui serait accordée à la mère, sauf choix contraire des parents avec 2% supplémentaire pour les familles de trois enfants.

D’autres annonces témoignent également du fait que le gouvernement a acté la nécessité d’engager des concertations avec les représentants des secteurs concernés. S’il s’agit de favoriser un déploiement du nouveau système sans conséquences brutales pour les travailleurs et sans effets néfastes pour les niveaux de pensions de certains, la CFTC ne peut être que d’accord.

Concernant la gouvernance du futur système, la CFTC a revendiqué durant toute la concertation une voix déterminante pour les partenaires sociaux, rappelant la gestion responsable et efficace de ces derniers dans le cadre des caisses de retraite complémentaire. Afin de retrouver la confiance de nos concitoyens, le projet de loi devra formuler des règles simples et stables de pilotage du futur système. Il devra surtout garantir aux partenaires sociaux un rôle clé dans la gestion des paramètres essentiels. 

Sur ce point, les annonces du jour inquiètent la CFTC. Si le Premier ministre entend bien confier aux partenaires sociaux la fixation et l’évolution de la valeur du point, il fixe dès à présent un âge d’équilibre en ne laissant aux partenaires sociaux que le soin d’en définir les modalités. 

Fixer dès aujourd’hui cet âge-cible et le calendrier pour l’atteindre augure mal du rôle attribué aux partenaires sociaux. Le souvenir encore proche et douloureux de la feuille de route fixée par le gouvernement pour la réforme de l’assurance chômage fait craindre le pire à la CFTC. 

Autre point de crispation : le peu de précisions apportées sur la prise en compte de la pénibilité. Rien, dans les propos du Premier ministre, ne garantit que toutes les situations de travail réellement pénibles donneront lieu à compensation et ce, quels que soient les statuts.

En conséquence, le conseil confédéral a voté la participation de la CFTC à une mobilisation le 17 décembre. Tout en rappelant son adhésion au principe d’un régime universel par points, elle donnera comme mot d’ordre à cette participation :

1- Le refus de l’âge pivot tel qu’annoncé par le Premier Ministre avant même la mise en place de la future gouvernance 

2- L’exigence d’une prise en compte de toutes les situations de travail réellement pénibles comme devant donner lieu à compensation quels que soient les statuts.

Suite au communiqué Confédéral cité ci-dessus, l’Union Départementale de Moselle appelle également à la mobilisation.

Ce mouvement aura lieu le 17 Décembre, Place de la Comédie à METZ de 9h00 à 10H30 avec une prise de parole à 10h00. Afin de rendre ce moment plus conviviale, un café accompagné d’une viennoiserie sera offert aux participant.e.s.

Alors montrons que nous savons nous mobiliser, c’est une opportunité pour la CFTC !

A nous de la saisir.

Ce qu'en pense la CFTC :
La CFTC se mobilise

La CFTC demande que la réalité de toutes les situations de travail pénibles soit prise en compte et revendique un dispositif complet de reconnaissance de la pénibilité. Cela suppose :

  • De mettre fin aux inégalités de traitement qui touchent notamment les agents territoriaux pour qui les modalités de reconnaissance des maladies professionnelles diffèrent.
  • La prise en compte de TOUTES les pénibilités. La CFTC demande la réintégration des quatre facteurs exclus lorsque le C3P est devenu C2P (Manutention de charges lourdes, postures pénibles, agents chimiques dangereux et vibrations mécaniques). Pour rappel, 85% des maladies professionnelles ont pour origine l’un de ces facteurs exclus.
  • La révision de certains facteurs et/ou seuils tels que le travail de nuit (une étude de l’ANSES commanditée par la CFTC établit la corrélation entre travail de nuit et certains cancers)
  • La mise en œuvre d’une politique de prévention digne de ce nom. Parce qu’elle réduirait les réparations et prolongerait l’âge effectif de départ en retraite, cette politique aurait l’avantage de contribuer à l’équilibre budgétaire.

Le principal point de blocage de la CFTC : les annonces relatives à l’âge d’équilibre ou âge « pivot ».

La CFTC est consciente du problème posé par l’évolution du rapport entre le nombre d’actifs-cotisants et le nombre de retraités (1,7 actif pour 1 retraité aujourd’hui, et 1,2 actif pour 1 retraité en 2050). Pour cette raison, la CFTC n’est pas opposée au principe d’un âge pivot afin d’assurer l’équilibre budgétaire du système, condition de sa pérennité.

Si l’âge pivot peut être conçu comme un outil de pilotage du système, il ne doit pas pénaliser les personnes bénéficiant d’une carrière complète. Les cotisants ayant travaillé 42 ans en 2025 et 43 ans en 2035 devront pouvoir liquider leur retraite à 62 ans sans pénalité.

Plus que tout, la CFTC demande que cet outil soit réellement à la main des partenaires sociaux dans le cadre de la future gouvernance du système.