VAINCRE LES REMOUS ET GARDER LE CAP

13 juillet 2016 – Edito de Bernard Sagez pour La Lettre confédérale CFTC 1499

Cadre rond-BsagezLa vie syndicale est loin d’être un long fleuve tranquille. L’année (scolaire) qui s’achève en apporte une nouvelle fois la preuve. Et c’est tant mieux, serais-je tenté de dire, cela montre qu’il y a « du grain à moudre ». Ce début 2016 a, en effet, été marqué par les longs et difficiles débats sur la loi Travail portée par la ministre Myriam El Khomri.
 
Si le projet initial n’était pas acceptable à nos yeux, la version qui – à l’heure où j’écris ces lignes – est sur le point d’être adoptée par recours à l’article 49.3 constitue une avancée pour les travailleurs. Ce texte est plus équilibré et permet, par le compte personnel d’activité notamment, de donner un sens à notre « Statut du travailleur ».
 
Tout au long du processus de concertation, qui fut bien réel contrairement à ce que l’on a pu trop souvent lire ou entendre, la CFTC a défendu un positionnement clair et explicite soutenant la branche comme pivot du dialogue social.
 
Des modifications importantes ont été apportées, parmi lesquelles la précision des thèmes de négociation, qui constituent ainsi autant de garanties applicables à toutes les entreprises relevant d’une même branche. Aux thèmes issus de la loi du 4 mai 2004 (minima salariaux, classifications, mutualisation des fonds FPC, garanties collectives complémentaires) s’en ajoutent deux nouveaux (pénibilité et égalité femmes – hommes). Ces six thématiques forment un ordre public conventionnel de branche (proposition formulée par la CFTC dès le mois de mars) auquel la négociation d’entreprise ne peut déroger et qui s’enrichira branche par branche via des négociations. Il leur appartiendra, en plus des six thèmes, d’en déterminer d’autres sur lesquels les accords d’entreprise ne pourront être moins favorables aux salariés que les dispositions de l’accord de branche.
 
Si nous sommes parvenus à faire valoir plusieurs de nos propositions, c’est aussi grâce à vous. Toutes les versions successives du projet de loi ont, en effet, été envoyées aux dirigeants des organisations CFTC, accompagnées d’explications. Leurs retours nous ont été précieux pour améliorer nos propres amendements. Nous leur avions également demandé de les défendre devant leurs députés. Certains l’ont fait par écrit, d’autres en les rencontrant. Que tous soient ici remerciés ! Après ces considérations juridiques, il me reste à vous souhaiter un bon été : qu’il vous permette de vous ressourcer et de consacrer du temps à vos proches !
 
 
Bernard Sagez
Secrétaire Général Confédéral