Articles par étiquette: Metz

L’avenir des Services Publics nous concerne tous ! Lettre ouverte aux usagers - FAE

Notre Fonction publique est en danger : défendons-la le 22 mai !

Les missions de la Fonction publique – hôpitaux, écoles, préfectures, services des impôts, tribunaux, crèches, EHPAD, …. – font partie du paysage, à tel point qu’il semble aller de soi qu’ils rendent les services qu’on attend d’eux de la meilleure façon possible. Ils emploient aujourd’hui une personne active sur 5. 

Quelles réformes  sont envisagées par le Gouvernement ?

Gouvernement annonce une réforme des services publics en profondeur et la remise en cause du statut des fonctionnaires, avec un objectif budgétaire (120 000 suppressions de postes sur le quinquennat) qui l’emporte sur les objectifs d’amélioration de la qualité des services ainsi que de leur meilleure adéquation aux évolutions et attentes des usagers.

Lorsque les agents publics se mobilisent, de façon historiquement unitaire pour la première fois depuis 10 ans, et manifestent sur l’ensemble du territoire les 10 octobre 2017, 22 mars 2018 et prochainement le 22 mai 2018, c’est pour les services publics et pour l’emploi public, le statut protecteur pour les usagers, le pouvoir d’achat, les conditions de travail …

Il ne s’agit pas uniquement, comme d’aucuns essaient de le faire croire, d’une mobilisation sectorielle et catégorielle de « privilégiés » qui souhaiteraient voir préservés leur statut et leurs « avantages ».

Il s’agit de se mobiliser face aux attaques sans précédent du Gouvernement contre les agents publics (avec un ensemble de mesures négatives en matière de pouvoir d’achat notamment).

Mais, au-delà, il s’agit surtout de défendre les services publics et les valeurs qu’ils incarnent : laïcité, égalité, gratuité, indépendance, solidarité, ainsi que le modèle social public.

Pourquoi est-il important de se mobiliser ?

Certains d’entre vous peuvent se demander pourquoi soutenir un tel mouvement de revendication, pourquoi défendre les services publics, qui, pour certains, fonctionnent de plus en plus mal, pourquoi s’opposer à la transformation publique  souhaitée par le Gouvernement.

Supprimer 120 000 postes, concrètement, c’est baisser les dépenses publiques, certes, mais c’est aussi et surtout voir disparaitre les services publics de proximité, sous-préfectures, préfectures, tribunaux d’instance, hôpitaux, services des impôts …

C’est, en conséquence, devoir se déplacer pour faire des démarches administratives, avec les coûts que cela induit, c’est ne plus avoir accès à un service d’accueil physique remplacé par des bornes informatiques, voire ne plus avoir à faire à des services publics mais à des services gérés par le secteur privé, avec les coûts supplémentaires que cela génère.

Remettre en cause le statut des agents publics, concrètement, c’est remettre en cause le mode de fonctionnement des services publics.

Quelques exemples :

Par exemple, rémunérer des agents publics d’un hôpital au mérite, en fonction des résultats, peut conduire un hôpital à opter pour la prise en charge des pathologies les plus banales, pour lesquelles les résultats sont faciles à obtenir, et délaisser les pathologies les plus lourdes, aux résultats plus incertains et moins immédiats.

Abandonner certaines missions, qui n’apparaitraient pas essentielles, pourrait conduire, par exemple, à confier au secteur privé la gestion des activités culturelles, comme les musées ou les bibliothèques, quitte à ce que leur accès ne soit plus gratuit ou que le montant du droit d’entrée augmente significativement ou encore que toutes les catégories de public n’y aient pas accès. 

Dernier exemple, pourquoi confier la gestion des déclarations d’impôts aux agents de la poste, qui feront payer cette opération 50 euros, alors que ce service est aujourd’hui assuré gratuitement par les agents des finances publiques ? 

Empêchons la dégradation des Services Publics !

Le projet du Gouvernement va conduire, en l’état actuel des choses, non seulement à la dégradation significative des conditions de travail des agents publics mais également à la dégradation, voire à la disparition, du service public rendu aux usagers.

Ces réformes là, nous n’en vouons pas !

Il nous paraît indispensable que le gouvernement entende les réels besoins des citoyennes et citoyens qui réclament plus de proximité et plus de relations humaines.

Les réformes conduites par le Gouvernement sont à l’opposé de ces principes.

Une réforme d’ampleur pour améliorer le rôle et la place de la fonction publique ne peut pas se faire sans les agents publics et sans les usagers des services publics, elle ne peut qu’échouer si elle se fait contre les agents publics et contre les usagers.

C’est pourquoi nous appelons tous les usagers des services publics, sur l’ensemble du territoire, à se mobiliser aux côtés des agents publics, pour défendre les services publics.

Nous sommes tous concernés par la transformation de la fonction publique et des services publics.

La Fonction publique permet d’assurer l’intérêt général et contribue à la cohésion sociale et territoriale.

Elle participe d’un projet de société solidaire tourné vers l’avenir, garantissant le vivre ensemble.

NOS – VOS – SERVICES PUBLICS SONT EN DANGER.

MOBILISONS-NOUS TOUTES ET TOUS, ENSEMBLE
LE 22 MAI PROCHAIN  !

14H00 devant la GARE de METZ

Liquidations des Services Publics ? Mobilisation Fonctions Publiques

 

On ne peut ignorer la volonté du gouvernement de réformer le statut de la fonction publique. Nous sommes tous, dans nos établissements, concernés par cette réforme de par notre statut d’agent de la Fonction Publique Hospitalière mais au-delà de ça par le fait d’être usager ou bénéficiaire des services des 3 Fonctions Publiques (Hospitalière, État et Territoriale). 

Les services publics sont les nôtres !
Les services publics sont les vôtres !

Inadmissible: réforme sans véritable dialogue social, remise en cause du système paritaire, précarisation de l’emploi et surtout mise en danger de l’indépendance de la fonction publique.

Le Syndicat CFTC Santé Sociaux de la Moselle se positionne contre cette réforme et appelle à la plus large mobilisation pour le mouvement intersyndical  du 22 mars. La CFTC, partie prenante et signataire de cette intersyndicale (CFTC / CFE-CGC / CGT / FAFP / FO / FSU / Solidaires) sera là pour défendre nos droits, ceux de nos collègues, ceux de nos familles, de nos enfants !

Cela ne concerne pas que les agents de la fonction publique
mais nos droits à tous tant les dérives seront possibles !

La réforme annoncée n’est que l’arbre qui cache la forêt ! Aucune réponse aux manques de moyens, humains ou matériels, et on veut nous faire croire que c’est la faute du statut !

Parce que la Fonction publique est garante de l’intérêt général au service de la cohésion sociale, parce que les moyens existent pour mettre en œuvre des orientations de progrès social pour tous, mobilisons-nous :

Jeudi 22 Mars 2018
Départ 14H00 à Metz -Place de la Gare

Pièce(s)-Jointe(s) :
Nos Contacts :

Laurence PERRIN – Tél. : 03.87.55.36.52 – @ : l.perrin@chr-Metz-thionville.fr

Frédéric FISCHBACH – Tél. : 06.62.06.63.45 – @ : f.fischbach@cftc57.fr

Conseil Régional Grand-Est Grêve - Rassemblement du 24 Mars 2017

Les agents du Conseil Régional Grand-Est
ne lâcheront RIEN

Suite à l’annonce par la direction générale d’un budget constant en matière de masse salariale et de réduction des effectifs pour harmoniser la situation des agents des trois ex régions, l’intersyndicale (CFDT – CFTC – CGT – FO – FSU – UNSA) a créé les conditions d’un rassemblement, de tous les personnels du Conseil Régional, ce vendredi 24 Mars 2017, jour de la plénière réunissant tous les élus du Conseil Régional Grand Est à METZ.

Suite à cet appel de l’intersyndicale (CFDT, CFTC, CGT, FO, FSU, UNSA) près de 500 agents du Conseil Régional Grand-EST se sont réunis  sur le parvis de l’Hôtel de Région à Metz. Les agents se sont rassemblés pour faire par de leur exaspération concernant :

  • la détérioration constante des conditions de travail de tous les agents du Conseil Régional Grand Est due au mode de gestion
  • l’absence de moyens dévolus aux politiques de ressources humaines, notamment sur le régime indemnitaire, sur les recrutements et les remplacements.

Le président de Région, M. Philippe RICHERT a reçu une délégation en début de matinée avant l’ouverture des travaux du Conseil Régional. A l’issue de cet entretien les représentants syndicaux déplorent le manque d’engagement chiffré.

Pour la CFTC, il est plus qu’urgent que 2 valeurs fondamentales soient remises au centre des préoccupations et du dialogue social :

  • l’équité,
  • la prise en compte de l’humain.

Lire la suite … Conseil Régional Grand-Est Grêve – Rassemblement du 24 Mars 2017

Ce qu'en pense la CFTC :
Chaque personne a une valeur propre et des compétences particulières.

Pour la CFTC, l’humain n’est en aucun cas un coût ou un fardeau pour la collectivité mais un investissement et une chance pour l’avenir.

 

Intervention CFTC, du 24 Mars 2017


Tract Intersyndical

La reconnaissance du handicap : une nécessité

Qui peut bénéficier de la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé ?

Cette reconnaissance concerne toutes les personnes âgées de 16 ans et plus dont les possibilités d’obtenir ou de conserver un emploi sont réduites du fait d’un handicap physique, sensoriel, mental ou psychique. Elle concerne aussi les personnes ayant une maladie chronique ou un problème de santé causant des répercussions au travail (maladie congénitale, maladie professionnelle, accident du travail, accident de la circulation ou domestique…)

Lire la suite

Nos antennes et leurs permanences Horaires et adresses

Droits, Permanences, Interprofessionnelles

Liste de nos Antennes Locales et de leurs Permanences Interprofessionnelles CFTC

Venez rencontrer nos experts pour  toutes vos questions sur le droit du travail, pôle emploi, CAF, CPAM, Retraite, …. Lire la suite … Nos antennes et leurs permanences Horaires et adresses